dimanche 27 septembre 2009

La bibliothèque des curieux, le Coffret du Bibliophile, la Collection des Maîtres de l'amour : Grands dédaignés des bibliophiles et pourtant...





Peu de bibliophiles argentés mais seuls quelques bibliomanes curieux aux moyens financiers limités, ont tenté de réunir la collection complète des ouvrages édités, au début du XXeme siècle, par les deux frères Briffaut, Robert et Georges, deux jeunes éditeurs installés à Paris, 4, rue de Furstenberg et qui eurent, cependant, des relations étroites avec Guillaume Apollinaire qui les encouragea à publier la collection des Maîtres de l'Amour et du Coffret du bibliophile.


Rien de bien neuf, on le sait, puisque les éditeurs belges Gay, Gay-Doucé, Kistemaeckers et l'érudit Isidore Liseux s'en étaient chargé précédemment. L'idée neuve était alors de toucher un public plus large, plus populaire en éditant des ouvrages traitant de littérature galante, érotique et romano-historique, mais parfois très documentée sur ces sujets brulants, à une époque où la censure était encore vigilante. C'est la raison pour laquelle, dans quelques cas précis et notamment pour les Mémoires d'une chanteuse allemande, la Vénus indienne ou les Tableaux des mœurs du temps, l'écriture a été parfois "allégée" et suggérée avec quelques points de suspension, entre autre..!




Alors, où réside l'intérêt d'une telle collection ? Dans le fait qu'un grand nombre de ces textes ont une préface et un essai de bibliophilie, en édition originale, de Guillaume Apollinaire.



J'ai tenté d'en dresser une liste complète, à l'intention des chercheurs et curieux, bien qu'un essai ait déjà été réalisé par Patrick Kearney. J'essaierai d'y apporter un regard nouveau, une iconographie différente et un classement plus aisé ainsi que des notes personnelles. Je n'oublierai pas de citer les collaborations de Fernand Fleuret, Louis Perceau, qui prirent parfois les pseudonymes de Radeville et Deschamps et les chercheurs infatigables qu'étaient Hector Fleischmann, Jean Hervez , qui n'était autre, que Raoul Vèze et qui signait aussi B.V. (i.e. de Villeneuve Bagneux), Fernand Fleuret, Louis Perceau. L'honneur revient donc à la publication de l'Enfer de la Bibliothèque Nationale de France.




Les deux éditions sont numérotées, sans justification précise de tirage (environ un millier: elles sont parfois devenues relativement rares toutes les deux), L'édition publiée par la Bibliothèque des Curieux, MCMXX, in 8° de 413 pp, regroupe 930 numéros, la première édition ayant été publiée par le Mercure de France, en 1913, in 8° de 415 pp. Remarquons également qu'il existe un tirage de tête sur Japon (10 exemplaires) et sur papier d'Arches (15, 20 et parfois 25 exemplaires), pour la collection des Maîtres de l'Amour et un tirage sur japon pour la collection des Coffrets du bibliophiles (10 sur Japon impérial, parfois 5 sur papier Japon ancien à la main et 5 sur Japon impérial, ainsi qu'un tirage numéroté sur Arches de 500 ou, parfois, 750 exemplaires, lors du premier tirage. "Le manuscrit de la Rome des Borgia, nous a été remis par la veuve d'un illustre historien, à cette fin que l'ouvrage fût publié et le nom de l'auteur fût scellé", nous dit G.A. dans son avant -propos, de 185 pp + table des matières, qui en est l'auteur, comme d'ailleurs, pour la fin de Babylone et les Trois Don Juan, publiés par les frères Briffaut. Ce sont des éditions originales. En voici la description :

Guillaume Apollinaire, la Rome des Borgia ; le pape Alexandre VI entre ses maîtresses ; César et Lucrèce. La fiancée de Jésus -Christ. Orgies cardinalices. Poison et inceste ; Les bas -fonds de la Rome des Borgia, ouvrage orné de 8 illustrations hors texte, Paris, Bibliothèque des curieux, MCMXIV, in 8° de 185pp, une table des matière de 5pp. et un extrait du catalogue de la Bibliothèque des curieux de 6 pp, reprenant, dans les ouvrages divers, Le nu au théâtre, les licences de l'art chrétien , Comment moururent les rois de France par le Docteur Witkowski, tous abondamment illustrés.


Guillaume Apollinaire, La fin de Babylone, 16 illustrations hors texte, Paris, bibliothèque des curieux, MCMXIV, 293 pp et 8 pp de table des matières ;

Guillaume Apollinaire, les Trois Don Juan. Don Juan Tenorio d'Espagne, Don Juan de Marana des Flandres, Don Juan d'Angleterre ouvrage orné de 12 illustrations hors texte de 314 pp, 7 pp de table des matières et 4 pp d'Extraits du catalogue de la B.D.C.

Dans la petite série du livre du boudoir, qui groupent 4 titres, Guillaume Apollinaire signe, en édition originale, une préface de 3 pages pour le Canapé couleur de feu, histoire galante par Fougeret de Montbron, suivi de la belle sans chemise ou Eve ressuscitée, petit in 16 carré de 144pp.

Notons ici, en passant que les 3 autres titres, préfacés par le Chevalier de Percefleur, qui n'est autre que Louis Perceau, sont Les Contes saugrenus de Sylvain Marechal, in 16° carré de 197pp ; le Cheveu par Simon Coiffier de Moret, in 16° carré de 152pp et les Mémoires de l'abbé de Choisy, habillé en femme, in 16° carré de 149pp.

Le plus grand nombre de préfaces et d'essais de bibliographies, en éditions originale d' Apollinaire, en premier tirage, est nettement plus important. En voici les titres et je commencerai par l'oeuvre du Marquis de Sade qui est une des premières pièces de ce poète dans le domaine de l'érotologie :

L'oeuvre du Marquis de Sade, Zoloé, Justine-Juliette ; la Philosophie dans le boudoir ; les Crimes de l'Amour ; Aline et Valcour, pages choisies, comprenant des morceaux inédits, des lettres publiées pour la première fois, tirées des archives de la Comédie française, comprenant 8 illustrations hors texte, in 8°de 326pp avec 56pp d'introduction et 11pp d'essai bibliographique.

L'Oeuvre du patricien de Venise, Giorgio Baffo, sonnets, madrigaux, canzoni, capitoli, traduction nouvelle, MCMIV, 17pp d'introduction et essai bibliographique, in 8°de 282pp + 6 pages de table des matières.

L'Oeuvre du Divin Aretin, 1ère partie, la Vie des nonnes, la vie des femmes mariées, la vie des courtisanes suivies des Sonnets luxurieux, traduction nouvelle et morceaux traduits pour la première fois, introduction et notes de G.A., MCMIX, in 8° de 230pp avec 19 pp d'introduction par G.A.

L'Oeuvre du Divin Aretin, 2ème partie, l'Education de la Pippa, les Roueries des hommes, la Ruffianerie , essai de bibliographie arétinesque par Guillaume Apollinaire avec portraits hors texte, MCMIV, in 8° de XXIX -268 pp. Certains et rares exemplaires renferment 12 aquarelles de Gerda Wegener, peintre et dessinatrice danoise, bien connue pour sa Suite d'aquarelles libres, les Délassements d'Eros (Erotopolis, à l'Enseigne du Faune, 1920-1921) qui était l'épouse du peintre Eimar Wegener( Lili Elbe) , un transsexuel.

L'Oeuvre libertine des Conteurs italiens, première partie, Nouvelles galantes de l'abbé de Casti, nouvelles de Giogio baffo, patricien de venise, Nouvelles galantes et érotiques de Domenico Battachi avec une introduction de 7pp et un essai bibliographique de 8 pp par G.A., MCMX, in 8° de 306pp.

L'Oeuvre libertine des Conteurs italiens, deuxième partie, Conteurs du XVème siècle comprenant les Proverbes en facéties d'Antonio Cornazzano, les Nouvelles de Masuccio, le gros menuisier ( anonyme), 2 illustrations hors texte, avec une introduction de 22 pp et un essai bibliographique de 10pp par G.A. MCMXI, in 8° de 274pp.

L'Oeuvre de Crébillon le fils, dans les différents âges de la vie, suivie de l'Histoire de Zaïrette par J. le Riche de la Popelinière, première partie, 9 pp d'introduction et 5 pp d'essai bibliographique par G.A., MCMXI, avec 2 hors texte, in-8 de 316pp. La deuxième partie est préfacée par de Villeneuve et non par Apollinaire et comporte 15 illustrations in et H.-T.

L'Oeuvre libertine des poètes du XIXème siècle, pièces recueillies par Germain Amplecas ( pseudonyme de G.A., l'abbé de Thélème autre pseudo du poête), Béranger, Roger de Beauvoir, ThéophileGauthier, Charles Baudelaire, Ccharles Monselet, Albert Glatigny, Paul Verlaine, avec les pièces échappées à nos meilleurs poètes, pendant les premières années du XIXème siècle avec une introduction de 9 pp de G.A., MXMX, in 8°de 245pp + 5 pp de table des matières.

L'Oeuvre du Comte de Mirabeau, l'Erotika Biblion, avec annotations du Chevalier de Pierrugues, la Conversion ou le Libertin de qualité, Hic et Hec ou l'art de varier les plaisirs en amour, le Rideau levé ou l'Education de Laure, le chien après les mones, le Degré des âges des plaisirs avec 1 portrait et un autographe en hors texte, introduction de21 pp et 6 pp d' essai bibliographique sur les ouvrages qui font l'objet de ce recueil par G.A.,MCMX, , in-8° de 290pp avec table des matières.

L'Oeuvre du Chevalier de Nerciat, première partie, le Doctorat impromptu, Félicia ou mes fredaines, Monrose ou le libertin de qualité, les Aphrodites, le diable au corps, etc... comprenant une œuvre entière, des morceaux ignorés avec des documents nouveaux et des pièces inédites concernant la vie d'Andréa de Nerciat, avec un portrait de de Nerciat hors texte, avec une introduction de 35pp et 23pp d'essai bibliographique par G.A., MXMX, in 8° de 292pp.

L'Oeuvre du Chevalier de Nerciat, deuxième partie, Félicia ou mes fredaines, texte intégral, d'après l'exemplaire de l'édition de Londres (Liège), de 1778, conservé à la Bibliothèque de Cassel avec une introduction de 6pp et 4pp d'essai bibliographique par G.A., MCMXI, in 8° de 322 pp (avec 4 pages du catalogue de la bibliothèque des curieux).

L'Oeuvre du Chevalier de Nerciat, troisième partie, Monrose ,le libertin par fatalité, texte intégral d'après l'édition de 1792 avec 4 illustrations hors texte introduction et essai bibliographique de 6 pp par G.A., MCMXII, in 8° de 396 pp.

L'œuvre badine de l'Abbé de Grécourt, Epigrammes, chansons, contes en vers, l'Art d'aimer, Philotanus, MCMXII, introduction de 7pp et 3 pp d'essai bibliographique par G.A., MCMXII, in 8° de 312 pp.

L'œuvre de Pierre Corneille Blessebois, le Rut ou la pudeur éteinte, histoire amoureuse de ce temps, le Zombi du Grand Pérou, 1 hors texte, avec une introduction de 6 pp et 6 pp d'essai bibliographique par G.A., MCMXII, in 8° de 289 pp.

L'œuvre de John Cleland, Mémoires de Fanny Hill, femme de plaisir, avec des documents sur la vie à Londres au 18ème siècle et notamment la vie galante d'après les sérails de Londres, avec 6 hors texte, d'après la suite gravée par William Hogarth : la destinée d'une courtisane, introduction de 130pp et 4 pp d'essai bibliographique par G.A., MCMXIII, in 8° de 281pp.

L'œuvre des conteurs allemands, Mémoires d'une chanteuse allemande, traduite pour la première fois, en français avec des fragments inédits et une introduction de 7 pp par G.A., MCMXIII, in 8° de 285 pp.

L'œuvre des conteurs anglais, la Vénus indienne ou Aventures dans l'Hindoustan par le capitaine Devereux avec une introduction de 4pp par Fernand Laviet (pseudo de Guillaume Apollinaire), MCMXII, in 8° de 280 pp.

L'œuvre poétique de Charles Baudelaire, les Fleurs du mal, texte définitif avec les variantes de la première édition ( 1857), les pièces ajoutées dans les éditions de 1861, 1866, 1868, suivies des poèmes publiés du vivant et après la mort de l'auteur avec un portrait en hors texte, Paris, MCMXIV, avec une introduction de 5 pp par G.A.


En définitive, la collection complète des Maîtres de l'Amour comporterait 55 volumes.

Alfred Rose, dans son Register of Erotic books, London, private printed for subscribers, 2 vol. in4° de XII- 398 pp, tirés à 200 copies et groupant 5.061 numéros avait déjà tenté d'en dresser une liste et Jacques Pley, qui a établi un catalogue de la Bibliothèque de l'armateur Arpad Plesch dans sa Leonina III, curiosa, Monte carlo, 1955 cite un bel exemplaire relié avec le cachet
rouge historié de ce bibliophile, de la Polygamie sacrée au XVIeme siècle, première réédition d'un pamphlet anonyme de 1581, satire enragée contre la débauche du clergé, attribuée à Nicolas Barnault.

La contibution de Guillaume Apollinaire dans la collection du Coffret du bibliophile, également éditée par les frères Briffaut se trouve aussi, en édition originale sous forme d'introduction et d'essai bibliographique in-16 de IV-185pp, tirage numéroté à 750 exemplaires ; dans les volumes suivant :

Le joujou des demoiselles et le calembourg en action, 1910, in 16° de VIII-160pp ;

Julie philosophe ou le bon patriote, 1910, 2 volumes in16° de IV- 170 et 172 pp , tirage à 500 exemplaires numérotés ;

Le petit neveu de Grécourt , Etrennes gaillardes dédiées à ma commère, 1910, in 16° de IV-168 pp ;

Souvenirs d'une cocodette, écrite par elle-même,1910, in 16° de V-222 pp ; Il existe une réédition en 1934 avec 12 gravures à l'eau-forte par Luc Lafnet, tirée à 750 exemplaires ;

Le libertin de qualité ou ma conversion par le comte de Mirabeau, 1911, in 16° de v -156 pp ;

Un été à la campagne ou correspondance de deux jeunes parisiennes, recueillies par un auteur à la mode( Droz), 1910 ,in 16) de IV- 176 pp ;

Le Zoppino, plaisant dialogue dans lequel le Zoppino, devenu moine et Ludovic, putassier traitent de la vie et de la généalogie de toutes les courtisanes de Rome , 1911 , V-140 pp ;

Le canapé couleur de feu par Fougeret de Montbron, d'après l'édition originale (Amsterdam 1714), 1912, in 16° de V- 166 pp ;

La galerie des femmes, collection incomplètes de huit tableaux recueillis par un amateur, 1912, in 16° de v-167pp ;

Le Parnasse satyrique du XVIIIème siècle, d'après l'édition originale( Neuchatel, 1874), 1912, in 16° de IV-171pp ;

Les poèmes arétinesques, Tariffa delle puttane di Venegia, catalogue des principales courtisanes de V, tiré des archives vénitiennes( XVIème s.) et traduit pour la première fois en français, texte italien et traduction en regard, 1912, in 16° de III-175 pp ;

Histoire de Mademoiselle Brion, dite comtesse de Launay, 1913, in 16° de III-15 pp.

Les Sonnettes ou les Mémoires de J.Baptiste Guiard de Servigné, 1913, III-166 pp ;
Vasselier, Contes, 1913, in 16° de IV- 207 pp ;


Enfin, pour étoffer le petit essai entrepris par Patrick Kearney sur les frères Briffaut, dans ses addenda, j'ajouterai que l'édition du Rideau levé de Mirabeau, Vincennes , aux éditions du donjon, (1933), in-8° de 170pp, tiré initialement à 400 exemplaires avait été presque entièrement saisi par la police en avril 1933 et à peine, seuls 50 exemplaires y auraient échappés ! Cette édition est donc rare et n'est pas au P.C, ni répertoriée dans la Leonina, ni par Rose dans son registre des livres érotiques., cf Pia, 1178 et Dutel 2329.

J'aimerais aussi écrire quelques mots sur Renée DUNAN, Le Masque de fer ou l'amour prisonnier, Paris, Bibliothèque des curieux , 1929, in-8° de 284pp.

E
lle fut la première femme qui osa publier, sous le manteau, un roman pornographique assez cru Les Caprices du sexe, en 1928, qu'elle signa Louise Dormienne. Sa participation au mouvement DADA, l'amène à rencontrer André Breton, Louis Aragon, Paul Eluard et Picabia. Elle écrivit dans leurs revues et elle signa, sous le pseudonyme de Marcelle la Pompe, une courte notice, intitulée les Mouvements de Rimbaud, dans la préface de la deuxième édition des Stupra, d'Arthur Rimbaud, en 1925. On pouvait trouver ses articles aux côtés de ceux d'Henri Michaud, d'Antonin Artaud et de Max Jacob.

Cette fille d'industriel, née en 1892, à Avignon, élevée au couvent à 16 ans, fut d'abord journaliste et fit de la critique littéraire dans des journaux socialistes et anarchistes et débuta dans la littérature galante en 1922 avec la Triple Caresse que suivit la Culotte en jersey de soie, confidences d'une femme. Elle est l'auteur de plus de 40 romans et c'est elle qui disait: "Il faut oser dire n'importe quoi! La morale est ailleurs que là où on l'imagine" Et si l'on ne trouve aucun renseignement sur elle dans les dictionnaires de littérature contemporaine où figurent des auteurs mineurs moins dignes de la postérité, c'est bien là une preuve irréfutable de l'ostracisme qui frappaient les femmes écrivant franchement sur le sexe et c'est regrettable !

Bonne journée,
Vicomte Kouyakov

4 commentaires:

Bertrand a dit…

Merci Vicomte pour ce billet de belle longueur ! et d'un grand intérêt !

Cette incursion dans les premières années du XXe siècle sont un peu comme une première pour le Bibliomane moderne qui s'est résolument orienté vers les siècles précédant, mais comme les sujets traités sont pour la plupart des réimpressions d'ouvrages anciens du XVIe au XIXe siècle, c'est parfait !

Merci encore,
B.

xavier a dit…

Voilà un article qui est déjà une excellente référence bibliographique. Merci beaucoup.
Bien Cordialement.
Xavier.

Anonyme a dit…

Cher Vicomte, merci et bravo pour ces "oubliés ou dédaignés" de la bibliophilie, pour lesquels j'ai aussi une tendresse particulière. À la différence des incunables et autres gothiques, de préférence en latin, ce sont des livres qu'on lit - même si ce n'est que d'une main!
Amitiés.
Yves

Benoît a dit…

Bonjour,
Un billet un peu ancien, auquel je rajoute un détail : tu as en effet utilisé l'illustration du plat de couverture de "La Grivoise du Temps ou la Charoloise", Paris, Bib. des Curieux, 1919 ; introduction de Jean Hervez. J'ai la chance de posséder un des 10 H.C. sur vergé d'Arches à la forme (1er papier, suivent 55 idem mis dans le commerce, puis 550 vélin teinté) ; avec deux état de l'héliogravure dont un avant la lettre. Le tout dans un sobre demi maroquin vert canard signé Ad. Lavaux, dos à nerfs. Bon article, en tout cas, même si j'arrive tard !!!

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...